RAPPORTS > Géopolitique



Djavaghk : les enjeux

 
La nouvelle Question Arménienne
et les rivalités internationales

Enjeux et Risques au Djavakhk


Image

TéléchargerSommaire
Taille : 135 ko, Date de dernière modification : 16/03/2006

Les terres à l’Est et à l’Ouest de la Caspienne sont situées au cœur d’une zone géographique en pleine mutation, où les gouvernements sont aux prises avec les impératifs géopolitiques des puissances, elles-mêmes engagées dans des luttes de clientélisme sur fonds d’enjeux politique, économique et militaire. Ces puissances se sont engagées dans une nouvelle partie du grand jeu, pour s’approprier cette région charnière où l’Europe rejoint l’Asie et qui sépare le Nord du Sud.

Jusqu’au 15ème siècle, le bassin de la Caspienne représentait une voie de passage importante entre l’Occident et l’Orient. Cette voie de passage est connue sous le nom de Route de la Soie Puis, l’importance de cette route, qui reliaient les parties occidentale et orientale de l’immense masse territoriale eurasiatique, déclina après la découverte des grandes voies maritimes par les Européens. L’intérêt des puissances pour la Route de la Soie déclinait aussi lorsque au 19ème siècle, la découverte du chemin de fer a bouleversé la donne géopolitique. Grâce à cette importante innovation technique, la puissance de la Grande-Bretagne – Empire maritime –, risquait de basculer en faveur de la Russie – Empire terrestre. En effet, celui des deux Empires qui réussirait à contrôler la zone géographique située autour du bassin de la Caspienne serait dès lors en mesure d’acheminer à tout instant des troupes et des armes vers le Proche et le Moyen-Orient, le sous continent indien et l’Extrême orient.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, l’Allemagne convoitait le bassin de la Caspienne autant pour sa position géographique que pour ses richesses pétrolières. La guerre sur le front de l’Est déboucha de ce fait sur une lutte à mort entre Hitler et Staline pour le contrôle de cette région décidément très convoitée.

Dans les années qui précédèrent l’effondrement de l’URSS, les Etats-Unis, unique puissance maritime occidentale digne de ce nom, ont voulu, à leur tour, étendre leur influence au cœur du bassin de la Caspienne. Dans cette perspective, les Etats-Unis ont aidé le milliardaire saoudien Oussama Ben Laden, dans la lutte que menaient les fondamentalistes religieux musulmans – les moudjahidin – pour étouffer les dernières chances du peuple afghans d’obtenir une réforme économique et sociale indispensable, ainsi qu’une société laïque. Leur objectif actuel a peu varié depuis cette époque. Ils visent toujours à déstabiliser suffisamment la zone pour empêcher l’influence russe de s’exercer naturellement sur cette sphère régionale qui n’a, à leurs yeux, qu’une importance géostratégique secondaire par rapport au Moyen-Orient. Washington peut ainsi bloquer durant des années le développement d’une voie de communication terrestre essentielle entre l’Europe et l’Asie. La présence de la Corée du Nord sur l’" Axe du Mal " tel qu’il a été défini par George W. Bush découle de ce fait. L’autre fait, à savoir, que le régime, certes dictatorial, de la Corée du Nord, doit être changé uniquement parce que ce pays dispose de quelques missiles et tente d’accéder à l’arme nucléaire ne pouvait certainement pas être un motif suffisant pour que les Etats-Unis envisagent de le remplacer par un régime plus docile. En effet, le Pakistan, Etat qui soutient pourtant ouvertement le terrorisme, dispose d’ores et déjà des deux et ne figure cependant pas sur l’" Axe du Mal ". Mais le Pakistan bénéficie d’un régime de faveur car il est présenté à l’Occident comme étant un pays apprivoisé par les Etats-Unis. Malgré un potentiel économique en ruine, la Corée du Nord dispose encore d’un atout. Sa position entre, au Sud, la Corée du Sud et le Japon et, au Nord, la Chine, la Russie et, au-delà de cette dernière, l’Union Européenne.

Ce rapport rédigé par Vrej Armen et Jean Sirapian en décembre 2002 (juste avant le départ de Chevardnadze) et réactualisé en 2005 apporte un éclairage supplémentaire dans le jeu complexe du Caucase. 

Institut Tchobanian

©Editions SIGEST, avril 2005
ISBN : 2-9512-1874-5
http://editions.sigest.net
email : editions AT sigest POINT net

Prix : 5 €

Adresser votre commande avec le règlement libellé à l'ordre de  
SIGEST
29 rue Etienne Dolet - 94140 Alfortville -France

1/2Suivant 
  Sommaire complet



© 2016 - Editions SIGEST

Retour à la page d'accueil Plan du site